racontemoileciel
  Janvier 2009 : Gisèle, ma soeur...
 

 

 

Ma perle du mois de Janvier 2009 !  

 

Tout d’abord,  BONNE ANNEE ! ! !

 

J’ouvre ma boîte à trésor pour toi :

 

Ce mois-ci, un témoignage de ma sœur Gisèle (son annif, c’est le 3 !) … pour aider ceux qui sont malades ….

 

Le 9 Novembre 2007 :

                        

Je me trouve dans le cabinet du chirurgien qui m’annonce après plusieurs semaines d’attente et d’examens que j’ai un cancer du sein très agressif…

Il m’explique le déroulement de l’opération et le traitement qui devra suivre (chimiothérapie et radiothérapie). Il insiste beaucoup sur la perte des cheveux qui à ses yeux est inévitable. Nous fixons la date de l’opération qui se déroulera dix jours plus tard.

La logique voudrait que normalement, cette annonce aurait dû m’assommer mais au contraire elle ne me faisait ni chaud ni froid, je n’ai eu aucune réaction, aucune larme ! J’étais comme endormie et à la fois prête à affronter la maladie et le traitement.

Pourquoi un tel comportement ?

 

Novembre 2000, une nuit,  je fais un rêve :

 

Je rentre dans une salle de spectacle, il n’y a presque personne…. Je vais donc m’asseoir au premier rang pour bien voir. Ce premier rang produit un arc de cercle ouvert, il n’y avait pas d’estrade, de promontoire, de scène. Puis c’est l’obscurité… le spectacle va commencer. …

Tandis que je regarde, je m’aperçois qu’il y a un rayon de lumière. Ce rayon lumineux réfléchit un grand rond sur le sol. Je regarde attentivement, c’est alors que je m’aperçois qu’il y a des gens dans le rond de lumière ! Il y en a 4 debout et 3 couchées… je ne vois aucun visage, ce n’est que des silhouettes.

Mes yeux ne les quittent pas et c’est alors que je vois que les 4 personnes debout étaient en fait en train de prier pour celles qui étaient couchées. Là, je réalise que j’étais dans une église et non dans une salle de spectacle ! ! !

 

Pendant que je les regarde, j’ai envie moi aussi de prier pour les personnes qui sont couchées par terre. Je ferme les yeux pour m’associer avec ceux qui prient … aussitôt je me sens fondre comme une bougie … j’ai la sensation de me désemplir peu à peu ... Me voici transformée en une poupée de chiffon … « comme vide de moi » !

 

Le menton rentré dans les épaules, les bras ballants, j’attends … immobile et inerte ! Soudain, je sens « une Force » s’approcher de moi. Il agrippe mon cœur ! Il se cramponne et l’attire violemment vers LUI mais le relâche plusieurs fois ! Chaque fois qu’IL tire j’ai le torse qui va en avant, la tête et les bras en arrière... comme un aimant … c’est douloureux et long ! …

 

Puis il y eu un coup qui est plus fort que les autres ! Il agriffe mon cœur et le tient très fort puis me soulève délicatement comme s’IL avait peur de me faire tomber ! …

Je survole le sol, je ne le touche pas. J’ai le torse en avant, la tête, les bras, les jambes en arrière, complètement désarticulée ! … Je suis toute cassée !

 

Puis, cette « Puissance » me dépose sur le sol, dans le rond de lumière, avec délicatesse. Je me retrouve donc allongée toujours les yeux fermés … sans force.

Soudain, « l’Aimant » récidive et tire à nouveau mon cœur vers LUI mais cela ne dure pas longtemps. Au premier coup IL relâche, puis au deuxième tout va très vite ! Je sens qu’IL me prend et qu’ensuite, IL me rend ! C’était comme « si je me dédoublais » en deux temps et trois mouvements « clic-clac » ! ! !

 

C’est alors que je me suis levée pour regagner ma place ! J’avais retrouvé mon corps, mes forces, mon énergie. J’étais redevenue celle que j’étais auparavant.

 

Tandis que je marche vers ma place, je m’aperçois que l’église s’est remplie pendant ce temps et à ce moment là j’entends des murmures, des gens qui parlent à voix basse, entre eux…  Ils disent d’une voix très étonnée : « Elle y est arrivée ! Elle y est arrivée ! »…

 

J’essais de voir des visages mais je ne vois que des silhouettes … Je ne reconnais personne mais au fond de moi je sais que ces gens me connaissent…

Je m’assois sur ma chaise et je sens quelqu’un à côté de moi qui ne se trouvait pas là au départ … ? ... Sa présence m’impressionne car cette personne est très grande et forte, elle en impose ! ! ! … J’ose à peine la regarder… J’avais l’impression de me trouver à côté de DIEU LUI-MEME… Puis, timidement et curieusement, quand même, je lève les yeux c’est alors que je reconnais mon mari ! Quel soulagement ! Je suis rassurée …Il est fils de Dieu lui aussi et nous sommes co-héritiers du ROI des rois !...

 

Puis, j’ai senti que je devais sortir, quitter cette pièce. ON ne me donnait pas le choix ! Malgré toutes mes supplications pour rester en ce lieu, toutes les larmes de mon corps, RIEN n’y a fait !  Je me souviens avoir crié à plein poumons : « Je suis bien ici ! Je veux rester dans cette église ! ». Mais ON m’a poussée ! Il me fallait sortir ! Ainsi,  mon rêve s’est fini ! …

 

Avril 2001.

 

Cette nuit là j’ai fait encore une expérience, mais cette fois-ci, je ne dormais pas ….

« Mon esprit a été emporté au royaume des âmes. »

Mon âme a pris « le chemin de la mort… »

Cette expérience a été si extraordinaire, si merveilleuse ! … INOUBLIABLE ! …

 

Je ne pouvais pas me taire, il fallait que je la partage avec quelqu’un, c’était comme si j’allais exploser ! Mais hélas, cette nuit là, mon mari était parti en déplacement et je ne trouvais que ma fille Coralie qui à l’époque était âgée de 14 ans. Je lui racontais donc mon expérience et lui dit :

« Si la mort c’est ça, demain, si j’ai le cancer du sein, je ne me ferais pas soigner, cela ne sert à rien ! »

La mort était devenue pour moi un gain, elle était préférable à la vie.

 

Job 33.14-16

« Dieu parle cependant, tantôt d’une manière,

Tantôt d’une autre, et l’on n’y prend point garde.

Il parle par des songes, par des visions nocturnes,

Quand les hommes sont livrés à un profond sommeil,

Quand ils sont endormis sur leur couche,

Alors il leur donne des avertissements

Et met le sceau à ses instructions. »

 

Le 19 Novembre 2007, je rentrais donc en clinique pour mon opération.

Un jour, ma sœur me téléphone à la clinique et me dit : « Je t’ai envoyé une carte, tu la trouveras en rentrant chez toi ! »

Je rentrais chez moi quelques jours plus tard et trouvais donc la carte. Elle avait écrit :

 

« Dieu a mis devant toi la Mort et la Vie, choisis donc la Vie ».

A ce moment là, je me souvins de mon rêve … et me l’appropriai ! Il devint tout à fait clair ! J’ai choisi la Vie ! J’ai aussitôt compris que j’étais entrain de le vivre ! Et je l’ai vécu bout à bout ! ! !

 

Voici quelques similitudes entre mon rêve et mon cancer :

Tout d’abord, mon rêve se déroula au mois de novembre, c’est le même mois où j’appris que j’avais le cancer … 7 ans plus tard et me faisais opérer (4 mois après le « départ » de Maman ) …

 

« J’étais spectatrice » :

Pendant ces 7 années entre le rêve et l’annonce de mon cancer, j’ai été « spectatrice ». Je ne maîtrisais pas le temps et je ne savais pas quand « le spectacle allait commencer » ? Mais je savais qu’un jour, inexorablement, cela devrait m’arriver… ? C’était comme une fatalité …

En effet, quand je me trouvais dans une foule, une file d’attente, un bus, j’essayais de détecter des signes extérieurs tels qu’une perruque, un manchon, qui pourraient me montrer que telle femme souffrait d’un cancer du sein. Je les épiais. J’étais aux aguets ! J’attendais impassible, le commencement du « spectacle » …

 

Stagiaire à l’époque, je me suis retrouvée à aider des personnes à faire leur toilette et il arrivait parfois que celles-ci étaient amputées des seins et brûlées par les rayons de la radiothérapie. Je me souviens d’une personne âgée qui dormait pratiquement assise dans son lit car elle avait du mal à respirer, ses poumons avaient été brûlés par une exposition trop longue aux rayons.

A cette même époque, j’ai du m’occuper de Maman qui souffrait aussi d’un cancer du sein logeant à mon domicile. Je ne pouvais pas être au plus près de la maladie ! Je me disais que peut être cela serait un jour mon tour… J’étais comme résignée … je l’attendais ! ! ! Cela peut sembler bizarre, mais je n’ai jamais repoussé l’idée de la mort ni de la maladie jusqu’à ce que je choisisse la Vie !

 

« J’étais une poupée de chiffon » :

Dans le cabinet du docteur je me sentais comme endormie et à la fois prête… comme hypnotisée ! Je ne posais aucune question, moins j’en savais, mieux je me portais ! J’ai suivie le traitement sans m’intéresser à ce que les médecins inoculaient dans les veines, je serais incapable de dire quel traitement j’ai eu. Je faisais tout ce qu’ils me disaient et dans une froide apathie, me laissais faire…

 

« Il me tirait le cœur » :

Mon cancer était du côté gauche, côté cœur.

 

« Le rond de lumière » :

 

Dans le rond de lumière il y avait 4 personnes en communions, debout qui priaient ensemble.

Le nombre est symbolique, beaucoup de personnes ont prié pour moi. J’ai été portée par la prière dans le rayon de lumière et là Dieu ma guérie. IL a pris ma maladie et m’a rendu telle que j’étais. J’ai compris la « puissance de la prière » de ceux qui se tiennent debout, unis dans la foi, dans l’harmonie de l’Amour de Dieu pour nous, les malades … et « ce à quoi je devais arriver ! »  … le but de mon combat !

 

« J’entendis des murmures de personnes qui me connaissaient » :

 

Elles disaient « Elle y est arrivée ! Elle y est arrivée ! » à voix basse et d’un ton étonné.

Combien de personnes autour de moi ont été étonnées de me voir, par exemple, jardiner après une séance de chimio ou continuer de travailler.

Je vois encore mon voisin les bras sur les hanches, le sourire aux lèvres, me regarder l’air ébahi, surpris, étonné de me voir en aussi bonne forme malgré le traitement !

Beaucoup de personnes, amis, famille donc des personnes qui me connaissaient, ont été surprises pendant tout les mois qui ont passés. Ils étaient tous très étonnés.

 

Les paroles que nous prononçons sont écoutées et pesées… je l’ai appris à mes dépends !

Hier j’ai dit :

« Si la mort c’est ça, demain si j’ai le cancer du sein, je ne me ferais pas soigner, cela ne sert à rien ! »

 

Nous devons contrôler les paroles qui sortent de notre bouche. 

« La Mort et la Vie sont au pouvoir de la langue. Quiconque l’aime en mangera les fruits » (Proverbes 18.21)

Les paroles sont comme des graines. Elles produisent toujours des fruits.

Quand ce que l’on dit contredit ce qu’affirme la Parole de Dieu, nous nous détruisons nous-mêmes.

Les mots que nous prononçons portent à la fois du pouvoir et des conséquences.

 

« Personne, après avoir allumé une lampe, ne la couvre d’un vase, ou ne la met sous un lit ; mais il la met sur un chandelier, afin que ceux qui entrent voient la lumière. » (Luc 8 : 16)

 

Parce que « Tu y es arrivée ! »

Je te mets sur le « chandelier » de « mon site » …! ! !

 

L’année 2008 a été très éprouvante pour moi, surtout le jour où tu as enlevé ton bonnet, le jour de tes 50 ans ! Tu n’avais plus de cheveux ! Ce jour-là, j’ai beaucoup souffert moi aussi … Je suis heureuse de mettre ton témoignage sur « mon site » ! Gisèle, ma petite sœur, sois bénie et MERCI d’avoir choisi La Vie ! … Continue si tu as le choix et choisis toujours La Vie ! … BON ANNIVERSAIRE ! ! ! Je t'aime !


Sur ma petite carte, j'avais aussi écrit :
"Je viens bientôt ; tiens ferme ce que tu as, afin que PERSONNE ne prenne Ta couronne."
(Apoc.3) ... COURAGE ! 

Un jour nous chanterons ensemble ...
http://fr.youtube.com/watch?v=rICxEAPY8eE

BONNE ANNEE 2009 à tous mes visiteurs ! Vous avez le pouvoir de lui donner les couleurs et les musiques Du Ciel ! ! ! … 

 

 

 
  Aujourd'hui sont déjà 2 visiteurs (11 hits) Ici!  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=